Georges Pelletier : de la céramique à l’art.

Vous êtes un passionné de céramique et d’objets d’art des années 70, 80.
Vous connaissez sûrement les œuvres de Georges Pelletier.
Les fameux miroirs et luminaires en forme de soleil ou encore ses totems qui ont fait sa renommée.
Mais au fond j’imagine que vous n’en savez pas vraiment plus.

J’ai la chance de pouvoir travailler avec Georges pelletier. Ce qui m’a amené à vous écrire cet article.
Je me suis dit que vous adoreriez mieux connaître cet artiste qui grâce à son talent est aujourd’hui reconnu dans le monde entier.
Je vais vous emmener en voyage dans son atelier, vous expliquer son parcours, ses œuvres.
Les connaisseurs vous diront que l’on reconnait facilement ses réalisations.

Après avoir lu cet article vous en saurez plus et si vous êtes déjà un connaisseur vous apprendrez des choses c’est certains, car très peu de gens ont la chance de le voir travailler.

Commençons par son histoire.

Le parcours de Georges Pelletier.

Georges Pelletier est né à Bruxelles le 10.09.1938.
Il fait ses premières armes pendant deux ans à l’Académie Charpentier à Paris (École des arts et métiers), qui est aujourd’hui le musée Picasso.

Après quoi il a travaillé à l’Atelier Claude Pantzer (Les grandes poteries d’Accolay).

Est-ce que vous connaissez les poteries D’Accolay ?

Ces poteries ont été formées par un groupe d’amis qui s’est retrouvé fin 1944 près d’Accolay dans l’Yvonne en bourgogne pour y créer cette fameuse entreprise.

Après quoi une première fabrication en série a été lancée.
Après 1945 Christian Dior a utilisé les boutons et pièces de céramiques que fabriquaient ces jeunes pour ses créations.
Cette entreprise a connu son apogée durant les 30 glorieuses (1945-1975). De grands artistes et céramistes y ont travaillé.
En 1961 Georges Pelletier ouvre son premier atelier à Paris, où il créa ses premières pièces uniques.
Il fut repéré par la maison Roche Bobois pour son talent.

C’est pourquoi il est devenu fournisseur et directeur des collections de luminaires Roche Bobois de 1961 à 1973, où il avait son propre atelier de fabrication dédié à la création de luminaires pour cette grande maison. Cela fut un véritable succès.
En 1973 il décide de partir dans le sud, à Cannes, où il installe un nouvel atelier dans lequel il continue de travailler.

Justement parlons de son atelier à Cannes.

L’atelier de Georges Pelletier.

C’est une véritable caverne d’Ali baba remplie de trésors.
Il y a des œuvres partout : sur le sol, les étagères et sur les murs. Georges Pelletier aime dire « je ne peux pas les vendre. Il faut garder des œuvres, autour de soi cela l’aide à la création ».
Certaines œuvres que peu de gens connaissent, qu’il réalisait pendant les années 60, lui tiennent à cœur. Donc il les garde précieusement.

Voici quelques photos de son atelier et de lui-même en train de travailler.
Finalisation de la fabrication d’un luminaire sur lequel vous remarquerez beaucoup de détails.

C’était un travail énorme, car ces œuvres comportent beaucoup de petites pièces qu’il réalise une par une à la main.
« C’est ce qui fait la beauté de l’œuvre au final» car chaque pièce est différente et par conséquent unique.
C’est aussi la particularité de ses réalisations. Car une fois illuminées la magie opère et tous ces détails sont mis en valeur.

Voici également la photo d’un soleil qui était en cours de finition quand je suis allé à l’atelier.
Vous remarquerez le travail de titan que cela demande pour réaliser tous ces détails.

Lorsque l’on descend les escaliers pour arriver dans l’atelier il y a toujours des soleils et des appliques contre le mur.

Voici quelques photos:

Comme je vous le disais on y trouve beaucoup de trésors.
Sur cette photo vous trouverez une des spécificités majeures du travail de l’artiste.

Il vient poser de la feuille d’or et mélange les couleurs cuivre, bronze, argent et or. Ce mixte s’associe très bien avec le biscuit émaillé blanc.
Une fois allumées ces œuvres sont surprenantes.

Un petit exemple en photo :

Que vous mélangiez ces réalisations à un intérieur moderne ou classique elles sauront toujours très bien se marier et créer un très bel équilibre.
Voici une photo de ses archives. J’ai mis cette photo car il m’a dit : « ce type de lampe était celle que la maison Roche Bobois vendait le plus dans les années 50, c’était un véritable succès ».

C’est incroyable à chaque fois que je vais le voir dans son atelier, je voyage dans le temps. Il adore montrer des photos de son travail au fil des années, expliquer l’évolution de ses créations.
J’y resterai des heures.

En allant à l’atelier je vous ai pris en photo une paire de lampes similaires, qu’il a fabriqué au début des années 80 et qu’il garde pour s’entourer de ses objets fétiches.

Les fameux Totems.

Vous les connaissez ?

Ils ont même eu droit à la couverture du Magazine AD Espagne, de février 2018.

Voici une photo prise dans l’atelier du maître.

À l’arrière vous pouvez retrouver un des fours dans lequel il cuit les pièces.

Si vous connaissez seulement ses luminaires « Totem » ou « soleil » ou encore ses lampes hiboux, il a également réalisé des petits personnages et animaux qui sont plus rares.
Moi je les adore.

Enfin vous l’avez compris Georges Pelletier est un artiste passionnant qui aime partager et faire connaître son savoir.
Il est très simple de reconnaître ses œuvres qui son atypiques.

Il sait vraiment se démarquer et créer des objets incroyables qui sont intemporels.
Je suis très fier de collaborer avec lui, d’avoir la chance de pouvoir écouter toutes ses histoires et apprendre beaucoup.
D’autres questions vous viennent à l’esprit ?

N’hésitez pas à me contacter, je vous répondrai au plus vite.

Merci de partager cet article.

Ci-dessous vous trouverez les différents liens aux réseaux sociaux sur lesquels vous pourrez partager.
Et vous : que saviez-vous de Georges Pelletier ?

J’attends vos réponses.

Une question, un devis ?

Me contacter